Steve PAXTON, Contact-Improvisation

Suite du travail autour de danseur, chorégraphe, etc. dont le travail a été pionner dans le monde de la danse. Après Merce CUNNINGHAM, voici une rapide présentation du travail de Steve PAXTON et de la danse contact-improvisation donc il a été l’inventeur.

“Material para a Coluna”,
no Estúdio Nova Dança, São Paulo, Janvier 2006,
Interview with Steve Paxton, by Fernando Neder

Enfance
Steve PAXTON présente son enfance comme celle d’un enfant qui se trouva rapidement livré à lui-même. Le père est à la guerre, la mère travaille. Cependant cette solitude et absence des parents est pour lui l’occasion de jouer des dans les arbres, d’y passer plusieurs heures, y expérimenter des déplacements, etc. A l’école une histoire va le marquer, celle d’un enfant prodige en géométrie qui pourtant ne pouvait jamais être meilleur que les autres car il refusait d’appliquer les théorème de géométrie sans les avoir tous vérifier. Ce prodige revenait toujours à la base des problèmes et exercices. C’est une pratique que l’on retrouve par la suite dans le travail de Steve P. qui dans sa démarche revient toujours à la base du mouvement, ses fondamentales, pour ensuite avancer plus loin.

Rencontre avec l’aïkidô
Cependant ce désir de tout reprendre à partir de la base fait qu’il ne trouve aucun endroit pour apprendre la danse comme il le souhaite. D’ailleurs si on sait qu’il travailla avec Merce CUNNINGHAM pendant plusieurs année, il ne le cite pas. Il rencontre alors un professeur japonais d’aïkidô. C’est cette rencontre qui sera décisive pour les prémices de la danse contact.
En effet on retrouve dans l’aïkidô la notion du poids, de la au sol, de la relation à deux, de la friction, et de l’utilisation de l’énergie de l’autre.  L’aïkidô est un art martial qui se sert du poid et de l’énergie de l’advsersaire pour l’entraîner dans une chute (pour faire très simple)

Vermont, le commencement de la danse contact
Steve PAXTON se sépare alors de son maître et s’isole à Vermont où il reçoit la proposition d’enseigner dans un lycée réputé. Là-bas les élèves sont tous de bonnes familles, riches, intelligents et surtout trop intellectuel. Steve P. n’arrive pas à leur faire comprendre ce qu’il souhaite. La danse contact-improvisation devient alors le médium de communication entre lui et ses élèves, revenant aux bases de l’échange, du mouvement. Le dialogue universel du langage du corps.

La danse contact, un art ?
A cette question Steve PAXTON répond non. Il ajoute que ce n’est pas non plus un art martial car les deux adversaire ne rentrent pas en combat. Ce n’est pas non plus un sport car il y a absence de compétition entre les deux protagonistes.
Alors c’est quoi ? Une dialogue, peut-être. Tout est échange et écoute. Un dialogue où il n’y aurai ni leader, ni “suiveur”, mais une égalité des rôles, une double conscience des rôles.

La question de sexualité
Pour Steve PAXTON cette question est typiquement liée à notre culture et société. De nos jours le moindre contact sensuel est automatiquement lié au sexe. C’est pour lui l’équivalent de la décision qu’il est du noir ou du blanc mais jamais des deux, ou du gris. C’est une question qui se pose selon lui particulièrement aux USA. Mais qui n’a pas lieu d’être, car dans ce cas il nous faudrait arrêter toute forme d’échange, un regard peut-être sensuel, une poignée de main, etc.

Le rôle de la musique
La musique organise le mouvement. Elle permet aux danseurs présents de se synchroniser les uns avec les autres. Le son a, selon Steve PAXTON, le pouvoir d’organiser rapidement le cerveau, ce qui permet une réactivité du corps quasiment simultanée avec la musique.
Quand on lui demande si l’ajout de musique live pourrait permettre une autre dimension à la danse contact-improvisation, il parait plutôt sceptique. Ce qui est surprenant lorsque l’on connait l’expression primitive qui justement utilise la musique live, en particuliers les percussions et les voix, pour entrainer les danseurs dans leur expression. Dans cette pratique la musique devient moteur, mais doit aussi s’adapter à l’énergie de ses danseurs. Les danseurs improvisent sur la musique qui est improvisée à partir de leur danse.
– – –

Steve PAXTON continue ses recherches et ses travaux autour de la danse contact-improvisation, mais plus encore que de l’enfermer sous ce terme qui est pour moi restrictif en vue de toute sa démarche je préfèrerai parler de mouvement.

Je terminerai cet article avec les mots de Steve PAXTON :
La danse explore quelques une des possibilités physique. La danse focalise l’esprit sur les bases de l’existence : le temps, l’espace, la gravité, s’ouvrant à la créativité

– – –

About svetlanazehnder

Art student in France. My interests are : Tango and dancing, the people and their own stories, childhood illness and Japan and its'own culture. I treate these themes using sound, video and installation.
This entry was posted in Dance, Mémoire and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Steve PAXTON, Contact-Improvisation

  1. Alice says:

    Svetlana, merci d’avoir jouer le jeu de l’incursion vers Steve Paxton. La lecture de ton post révèle le lien que je faisais inconsciemment avec ton projet. J’espère que cela a été une bonne rencontre pour toi aussi. Bien à toi, Alice

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s