GOTAN Project, retour sur un groupe qui a renouvelé la musique tango

Que ce soit sur la scène française ou la scène internationale, que l’on soit danseur de tango ou juste amateur de musique électronique, le nom de GOTAN Project commence à circuler dans ses diverses sphères. En couplant ces deux interviews réalisées en 2010 suite à la sortie de leur troisième album 3.0, je souhaite revenir sur l’histoire du groupe, sur leur vision du tango en tant qu’art, comment leur musique exprime le tango, et aussi l’importance de la vidéo et du spectacle dans leur travail.

.

.

.

GOTAN Project est un trio musical international :

  • Philippe COHEN SOLAL (FR) Né en France, il aura tout d’abord une carrière de programmateur musical pour la radio. Il y proposera aussi des interviews de chanteurs et groupes internationaux. Il signe ensuite chez Polydor et sort sous le label le disque Raft avant d’être licencié. Il sera ensuite directeur musical pour Virgin et travaillera sur la musique de plusieurs films. D’abord intéressé par la musique électro/house, il s’en éloigne en créant son label ¡Ya Basta!, label de production de GOTAN Project, pour trouver un style musical propre mélange de diverses influences (musique d’Amérique latine, country, tango, bluesgrass, etc.)
    • DJ, il réunit le trio
  • Christoph H. MÜLLER (CH) Né en Suisse, il fait des études d’histoire et de sociologie. Il travaillera pour un collectionneur d’art contemporain tout en débuutant sa carrière musicale. En parallèle de ses projet avec GOTAN Project, il ouvre une société de production March:Music. Ils signe la bande son du film Je ne suis pas là pour être aimé de Stéphane BRIZE et El Gaucho d’Andres JARACH.
    • Machine, programmation et beats
  • Eduardo MAKAROFF (AR) Né à Buenos Aires. Il travaillera en Argentine pour la télévision en composant et interprétant des musique de films et génériques de séries. Après son arrivé en France il produit des spectacles de tango qu’il jouera en Europe. Il sera aussi en charge de l’orchestre de la milonga du dancing de la Coupole.
    • La guitare et le Tanguero

Il serait sans doute plus juste d’ajouter une quatrième personne pour réellement parler de GOTAN Project :

  • Prisca LOBJOY (FR) Elle suit des études d’art appliqué et se spécialise dans la photographie et la vidéo. Elle travaillera pour l’agence britannique The Designers Republic, puis rejoindra ¡Ya Basta! pour qui elle travaille entant que directeur artistique. Sa collaboration avec GOTAN Project comprend la réalisation des pochettes de leur CDs, les clips vidéos mais aussi les vidéos projetées lors de leur représentation sur scène.
      • La touche visuel et féminine du groupe

     .

Les albums sont une recherche constante
Le premier album est une rencontre qui a surpris autant les auteurs que les auditeurs. Le groupe n’espérait pas plus de 2 000 copies vendues, le résultat a été 2 000 000. C’était un album produit sans prétention, et le concept du mélange de l’électro avec le tango n’était pas prévu à des fins commerciales. Le second album s’est plus concentré sur les racines du tango. Ils souhaitaient prouver qu’ils s’y connaisssaient aussi en tango, qu’ils savaient de quoi ils parlaient quand il s’agit de tango. Enfin le troisième album qu’ils présentent et un retour à l’électro mais aussi une ouverture possible sur le reste du monde musical avec des influences de country, blues, etc. “On s’amuse avant tout en studio à chercher des ponts musicaux.”

La participation de Victor HUGO MORALES
Victor HUGO MORALES est un présentateur radio mais aussi le commentateur de foot le plus connu en Argentine. Le tango est inscrit au patrimoine culturel de l’UNESCO son pays d’origine l’Argentine peut-être, selon Eduardo, résumé par le tango et le football. Ici Victor HUGO MORALES a inventé un jeu, un match de foot entre les musiciens et les trio fondateurs.
Lorsqu’il crie “Goooootan” c’est un hommage au foot “Goal” mais aussi au groupe “Gotan” (tango en verlan). A noter que le titre du morceau et “La Gloria” , donc une “sorte d’autocélébration”.

Ce match de foot est aussi une métaphore de leur système de création.
Les trois hommes ont “chacun leur rôle” (cf. ci-dessus) cependant ils sont unis dans un désir de création de mélodies. Les projets étant libre de toute conceptualisation, ils grandissent leur d’échange entre les membres. Les projets sont des balles circulant comme des passes de l’un à l’autre.

Le désir de présenter un spectacle plus qu’un concert.
Les performances lives sont pensé comme spectacle. La place des musiciens y est importante et réfléchie comme une prestation, comme des acteurs de la musique. La présence y est particulièrement travailler avec la posture de tanguero (cf. ci-dessous) Il y a sept musiciens sur scène et une installation vidéo très présente et poétique.

Pourquoi le tango rend-il addict ?
Ça touche quelque chose qui est de l’ordre de la mélancolie, de la sensualité, de léroisme aussie. Un couple de danseur de trango quand on les voit, cette proximité de la peau, des corps, c’est un truc très très particuliers, que l’on essais de traduire nous en musique.

Qu’est-ce qu’un tanguero ?
C’est celui qui dédit sa vie, ou sa vie professionnel au tango argentin. [..] Quand on est sur scène avec nos costume, là on est effectivement dans notre rôle de tanguero. C’est une posture. Une façon de se tenir. On est en costume.

Un travail repris dans le monde du cinéma Les trois artistes ont par ailleurs travailler de manière
plus ou moins importante avec le cinéma. Ils sont habitué aux commande et savent quel est le fonctionnement de l’industrie cinématographique.
A titre d’exemple, voici des morceaux utilisés dans des films ou série :
Epoca, Sex and the city (1998~2004)
Santa Maria (Del Buen Ayre), Night and Day (2012) et Shall we dance ? (2004)
Differente, Night and Day (2012)
El Capitalismo Foráneo, Ocean Twelves (2004)
NotasNip/Tuck (2003~2010)

Le groupe ne nie pas la possibilité de travailler sur la bande son d’un film dans sa globalité ce qui ne leur est arrivé que de façon personnelle.

.

About svetlanazehnder

Art student in France. My interests are : Tango and dancing, the people and their own stories, childhood illness and Japan and its'own culture. I treate these themes using sound, video and installation.
This entry was posted in Dance, Mémoire, research, Video and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to GOTAN Project, retour sur un groupe qui a renouvelé la musique tango

  1. Pingback: Merry Christmas | Berlin, art and tango

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s