Musée de Guggenheim à Berlin et la Galerie Daimler à Postdammer Platz

Il y a quelque temps de cela je suis passée par la galerie du musée Guggenheim à Berlin. En ce moment et jusqu’au 17 Février se tient un exposition autour de l’impressionnisme et de post-impressionnistes. L’exposition met en lien les œuvres de différents artistes européens, révélant comment les uns et autres se sont influencé durant toute cette période. La collection présente des peintures et des sculptures appartenant à Picasso, Monet, Bonnard, Brancusi, Delaunay, Léger, etc. L’espace restreint mais bien agencé de la Galerie permet de construire rapidement les liens entre les travaux des artistes.

Galerie du Musée de Guggenheim à Berlin, Exposition Vision of Modernity (15Nov-17Fev)

– – –

Je suis aussi passée par la Galerie d’Art de la Collection Daimler. Cette galerie se situe au quatrième étage d’une maison “Haus Huth” depuis 1999 et présente 4 expositions dans l’année.
Pour revenir rapidement sur le batiment, il se situe dans la Postdammer Platz et, est une des rares maisons de style ancien de la zone, ceci étant dû à sa structure en acier qui résista au bombardement.
En ce moment la Galerie présente des œuvres d’art contemporaine d’Israël, et internationales appartenant à la Collection Daimler et au collectionneur Doron SEBBAG.  J’avoue que ça a été ma première rencontre directe avec l’art contemporain Israélien.

Salle d’exposition (Photographies, Peinture, Collage, etc.)

Salle d’exposition (Photographies et Projections)

Deux artistes m’ont particulièrement intéressée. Les travaux d’Amit BERLOWITZ et la vidéo de Sigalit LANDAU, Mermaids.

Amit BERLOWITZ travaille la photographie et la vidéo qu’elle met en relation. L’artiste née aux USA vit et travaille en ce moment à Tel Aviv. Elle travaille autour des sentiments tels que la mélancolie, la solitude, l’anxieté. Les personnages principaux de ses travaux sont souvent des femmes.

Beach, 2011
Présente un jeune couple sur la plage. Tout semble calme et le couple se met à jouer à colin-maillard. Un autre groupe de jeune arrive et se met à jouer avec eux. Le jeu devient plus brutal, plus fou, plus aliénant. Le couple en ressort comme on ressort d’une tempête, essoufflé, affaibli, perdu…
La réalisation de la vidéo par des cadrages serrés, par des plans peu fixe, un mouvement qui entraine, nous perd aussi dans le jeu. Le son est présent mais très doux, l’on entend essentiellement les souffles et les pas.

Hide and Seek, 2011
   Une jeune enfant compte jusqu’à 20 avant de se mettre à parcourir un près, une clairière ou un forêt. C’est le jeu du cache-cache mais il y a-t-il vraiment d’autres joueurs ? L’enfant avance, trottine, cherche, tourne autour.
Cette fois la caméra est beaucoup plus stable, l’on n’est pas pris dans le jeu, on observe. On regarde cette enfant de loin, une enfant qui chercher quelque chose que l’on ignore. Le son présent à l’écoute n’est que celui du décors et de la course de l’enfant. Un fort sentiment de solitude gagne alors le spectateur qui ne peut qu’observer la solitude de la petite fille.

Ces deux vidéos font parties des œuvres présentées à la Galerie Daimler. Elles sont projeté sur un mur avec à disposition des casques d’écoutes.

=

Sigalit LANDAU est né à Jérusalem et, vit et travaille à Tel Aviv. Ces travaux font souvent référence aux mythes, à la politique, à l’histoire et aux corps. Deux de ses travaux étaient présentés une sculpture et une vidéo. C’est la vidéo qui a retenu mon intention.

Mermaids [Erasing the Border of Azkelon], 2011
      La vidéo présente une plage filmée en plongé, les vagues arrivant par le haut et descendant presque tout en bas. Puis trois femmes nues apparaissent courant vers la plage avant de tomber et de retourner vers la mer, agrippant le sable de leurs mains et laissant de long sillons dans le sol. Puis les vagues passent et effacent les traces de ses femmes qui réapparaissent une peu plus tard.
On peu y voir une danse, il y a un rythme, une chorégraphie, des corps. Lorsqu’on lit un peu plus la description de la vidéo l’on apprend que le plage en question est située entre Aza et Azkelon. Les sirènes, qui appartiennent aux mythes tentent de traverser la frontières entre la mer et la terre mais une force les renvoie à l’eau, et la trace de leurs efforts est elle aussi effacée. La dimension politique de l’œuvre apparait alors.

=

Il y a des point communs entre ces trois œuvres qui ont retenues m’ont intention : tout d’abord ce sont des vidéos, les personnages utilisé sont aussi des femmes, et le style est minimaliste. La simplicité de la mise en scène fait la force des images, la simplicité de la bande sonore crée un vide et renforce chaque bruit.

About svetlanazehnder

Art student in France. My interests are : Tango and dancing, the people and their own stories, childhood illness and Japan and its'own culture. I treate these themes using sound, video and installation.
This entry was posted in Exposition, research, Video and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s