Exposition “Hikari Tokyo Reve” d’Hélène LAUNOIS à la Galerie Frédérique MOISAN

Hélène LAUNOIS a exposé à la Galerie F.MOISAN rue Mazarinne à Paris. Son exposition “Hikari Tokyo Rêve” était la continuité de son travail entamé en 2010 suite à sa réponse à l’appel de SHISEIDO, grande compagnie japonaise.

Les travaux d’Hélène LAUNOIS sont pour moi des tableaux en 3D, voire en 4D ! Quelque part ce ne sont pas pour moi des sculptures dans  sens où tout l’intérêt de la pièce est “cadrée” dans un cube. Le cube en plexiglass qui contient l’univers onirique crée par la plasticienne dépend plus pour moi du cadre entourant le tableau, que de la surface d’une sculpture. Alors même si l’on peut tourner autour de ces cubes, en faire le tour, etc. ne nous ne trouvons pas en rapport avec une sculpture mais avec un tableau dans la relation que l’on entretient avec l’oeuvre. Si je parle de 4D c’est que ces tableaux, en plus de présenter une profondeur, sont dynamiques. Le jeux de led colorés qui s’illuminent et s’éteignent crée un mouvement dans le cadre. Le tableau vibre – électriquement parlant.

Ce que réussit Hélène LAUNOIS c’est à rappeler Tokyo sans le paraphraser. Nous ne sommes pas dans une simple photographie de Tokyo, dans une maquette, ou une citation de la ville. Nous sommes dans une ambiance, une sensation, un fantasme. L’on ne peut s’empêcher de mettre en relation le clignotement des led avec les grande enseignes lumineuse des quartier chics et noctambule de la capitale nippone.

Les divers tableaux entraîne à la contemplation où le regard du spectateur après avoir embrassé l’oeuvre dans sa globalité va venir se perdre et voyager à l’intérieur même du tableau. Le regard va finir par s’accrocher à tel ou tel élément. Ses espaces oniriques sont autant de fantasmes et de rêves du japon que de visage que ce derniers possèdent aussi. La délicatesse de “Méduse” contraste avec le rouge d'”Electre”, tout comme la hauteur d’accrochage de cette dernière répond à celle du “Colonel Moutarde” que l’on ne peut que regarde par en-dessous.

C’était une belle exposition qui présentait pour moi une belle manière de parler de la fascination de la culture nippone. La Galerie Frédéric MOISAN a su mettre en valeur les oeuvres de l’artiste à travers une déambulation dans leur long espace en couloir, entrainant le spectateur de plus en plus loin dans le rêve tokyoïte et loin de réalité parisien.

About svetlanazehnder

Art student in France. My interests are : Tango and dancing, the people and their own stories, childhood illness and Japan and its'own culture. I treate these themes using sound, video and installation.
This entry was posted in Exposition, installation, research and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s