Exposition “Soleil Froid” au Palais de Tokyo, avec les œuvres de Julio LE PARC

Le Palais de Tokyo a proposé une exposition avec en pièces maitresses les œuvres de Julio LE PARC. Cette exposition, en préliminaire de l’exposition DYNAMO du Grand Palais, proposait déjà des œuvres jouant sur la lumière, et les illusions d’optiques.

Je m’arrêterais plus particulièrement ici sur les œuvres de Julio LE PARC qui sont celles qui ont retenu mon attention.

Julio LE PARC est né en Argentine et fait très vite parti des artistes de l’optique, des jeux de lumière et d’immersion. L‘article lui étant consacré sur le site du Palais de Tokyo est très bien construit et je conseille à ceux et celles qui souhaite avoir plus d’information sur l’artiste de s’y référer.

Si certaines de ces pièces s’apparentent plus à la peinture, j’ai pour ma part étais sensible à ses installations immersives.
L’on se rend d’ailleurs compte que l’on entre dans cette exposition en traversant la première installation de l’artiste. Cette installation composée de lames de plastique aux propriétés réfléchissantes, elles-mêmes disposées dans une pièce où les quatre murs périphériques sont recouverts de miroirs. L’espace y est alors démultiplié, et la simple traversé des 5 mètres entre l’entrée et la porte de sortie devient un véritable jeu entre les spectateurs, entre soi et nos reflets, entre soi et l’espace.
Une autre installation est pour moi dans la même idée, bien que plus japonisante dans sa réalisation. Dans une pièce plongé dans la pénombre quelque lampes diffusent des raies de lumières qui frappent des stores de tissus disposé dans l’espace. L’un des murs est recouvert d’une surface réfléchissante qui agrandit l’espace. Cependant l’ambiance qui est créée dans cet espace est très différente de la première. Ici l’environnement est plus intime, plus mystérieux et peut-être mystique.
Je terminerais avec l’installation se composant d’un immense disque en métal de plusieurs mètres de diamètres sur lequel se dessinent des chemins de lumières. Ces raies de lumières naissent du sol puis se réfléchissent sur les rebords du disque, et éclairent ainsi l’espace de l’œuvre. Cette pièce est présenté face à un espace aménagé pour que le public s’installe et prenne sont temps dans la contemplation de ces images.

“C’ellule à pénétrer”

“Lumières en Vibration”

“Continuel-lumière cylindre”

Je terminerais en encourageant ceux et celles qui veulent en savoir plus à se pencher sur la page que FranceInter à dédier à l’exposition de l’artiste, qui complétera cet article par des images en mouvement. Cependant toutes images, même en mouvement, de ces installations immersives n’auront jamais la puissance de l’expérience.

About svetlanazehnder

Art student in France. My interests are : Tango and dancing, the people and their own stories, childhood illness and Japan and its'own culture. I treate these themes using sound, video and installation.
This entry was posted in Exposition, installation and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s